Le président du Front national Jean-Marie Le Pen s'est montré compréhensif lundi sur l'exil fiscal en Suisse de Johnny Hallyday, dénonçant notamment "l'excès des prélèvements obligatoires" en France.

"Johnny est parti en Suisse comme beaucoup de donneurs de leçons le feraient s'ils étaient dans cette situation", c'est à dire gagner "beaucoup d'argent" et vouloir en mettre "un peu à l'abri", a déclaré M. Le Pen sur RTL.

"Il faut bien dire la vérité: l'excès des prélèvements obligatoires et l'excès des impôts dans notre pays est tel qu'il provoque la fuite, non seulement de Johnny Hallyday, mais de pas mal d'autres gens", a-t-il ajouté.

"Cela dit, M. Hallyday devrait s'en expliquer peut-être" avec le candidat qu'il soutient à l'élection présidentielle, l'ancien ministre des Finances Nicolas Sarkozy, a déclaré M. Le Pen.

En novembre, lors d'un grand rassemblement de son parti au Bourget, M. Le Pen avait promis un certain nombre de baisses d'impôts s'il était élu, prônant notamment l'instauration de quatre tranches d'impôt sur le revenu avec un taux maximum de 20%, et l'exonération de la résidence principale du barême de l'ISF.